UNE GRANDE DAME DU MONDE DE L’ART EN FRANCE EST MORTE : JACQUELINE CHARDON LE JEUNE

C’est une grande dame de l’art qui vient de disparaître en France! dans un petit village du Gers du nom de Ayraud entre Fleurance et Lectoure.Elle s’appelait Jacqueline Chardon Le Jeune.Nous étions trop peu d’artistes ce vendredi 22 Février autour de son catafalque: Yseult Houssais; Rosemonde D’argentolle; Monique Robert;Françoise Leleu-hennequin; StéphaneLouis Marie ;LucieSpagnolo ;Georges d’Argentolle ;Pussy; Marthe,Robert Segrestan “et leur fille Martine ses voisins qui lui furent 50 années entièrement fidèles,leur beau fils Pascal, Laurent LeJeune son fils Unique . Elle était née en 1926 à Orléans d’un père grammairien et d’une maman dévouée, très vite elle “monte” à Paris et va rencontrer le groupe des surréalistes, elle devient la petite amie du peintre VICTOR BRAUNER, il l’a peint en sirène couchée et alanguie dans la spendeur de sa jeunesse. Jacqueline s’engage en résistance luttant contre le nazisme! Elle est toujours restée très discrète sur ses activités durant le 2ème conflit mondiale et plus tard sa participation à un certain réseau durant la guerre d’Algérie. Sa véritable passion c’est l’art, elle s’imprégne des écrits de Frazer dont son “rameau d’or” et crée une association pour soutenir les artistes qu’elle aime! Plus tard quand les Halles déménagent du coeur de PARIS pour Rungis, elle sait que ce quartier là ne peut devenir que culturel , elle y ouvre l’une des premières galeries Rue des Prêcheurs, dans une poissonnerie “Le poisson d’or”, ce sera aussi le nom de son association! petit clin d’oeil à l’or de Frazer!De l’Or jamais Jacqueline n’en fera en montrant le travail de ses protégés, par contre toute sa fortune familiale y sera investie,et les deux dernières années de sa vie , lourdement frappée par la maladie de parkinson, c’est la vente du tableau de Victor Brauner: ce beau portrait en sirène qui la fera survivre et mourir chez elle au milieu des oeuvres qu’elle aimait tant :un grand portrait d’elle peint par Michel Blum, que l’on voit sur la foto ci-dessus, trois tableaux d’Yseult Houssais une jeune peintre qu’elle avait découvert au fin fond du Gers. l’un des tableaux s’appelle “merci pour votre aide” et était destiné à Jacqueline!!! Deux tableaux de René Barrault l’ami des 4oo coups! les Joujouilles et les petits personnages en bois de Jean Estaque;les très belles poupées de Martha Kuhn Weber….et bien d’autres!!!!dont le dernier portrait fait par un jeune garçon qui s’occupait d’elle les derniers mois de sa vie et qui était accroché juste au-dessus de son lit! très expressif et émouvant puisqu’étant aussi le dernier!!!L’appétit d’Ogresse de Jacqueline pour des oeuvres éclectiques, apparemment, pouvait dans un premier temps destabiliser, voir même faire peur! Mais au fond quand on avait compris que ce qui l’intéressait dans tout celà, c’était le mystère de la Création, du comment du pourquoi les artistes faisaient telle oeuvre et pas une autre, on lui pardonnait ses parti- pris , ses choix obstinés!!!Jacqueline a été courageuse et généreuse! Jamais je ne l’ai vu critiquer un artiste mais toujours l’encourager! Il reste de toutes ces années de travail des catalogues parfois foutraques mais toujours réjouissants, dont un qui s’appelle “le chemin des épouvantails”et qui relate l’aventure en France profonde et rurale dans les années 1970 d’ une quête folle à la recherche de jardiniers créateurs d’épouvantails qui prêtèrent gentillement leur compagnon champêtre!!!l’exposition itinérante des épouvantails eut un large succès! Ensuite Jacqueline se concentra sur la biennale de Limoges! Et sur sa galerie Rue de la Juiverie à Lyon…et….elle est partie trop tôt….Parce qu’elle aurait voulu écrire …pas ses mémoires comme les grands Hommes ! non! au fond !de ça elle s’en foutait!!!mais qu’il reste quelque chose de cette substance pure, de cette quête de l’infini dont elle émaillait ses catalogues, empruntant d’incandescantes brûlures aux mots sacrés d’un Norge ,d’un Rimbaud ou d’un Guillevic
Sa mémoire lui étant restée fidèle, lors d’un voyage épique Ayraud -Neuvillas elle m’avait chanté tous les chants ayant marqués sa vie, d’une voix encore assurée et claire je découvris des comptines que je n’avais jamais entendues, des textes de Prévert, des chansons de Damia, Fréhel, ect…C’était un grand plaisir pour elle de me livrer une part secrète de 76 ans de vie par le chant, j’imaginais parfaitement ce que pouvait recouvrir d’importance pour elle ces airs apparemment simples!!!….
Jacqueline! reposes en Paix avec les artistes que tu aimas et qui partirent trop tôt:Victor Brauner, Martha Kuhn Weber, Blum !Fabre !Salkin! Lask et les autres….
Nous “les encor un peu vivants” nous te disons:
Merci Jacqueline pour la confiance et la tendresse que tu nous témoignas!!!!
Jeudi 28 Février 2008
Carol Houssais
Stéphane Louis  Marie
Yseult Houssais

Publicités

Une Réponse to “UNE GRANDE DAME DU MONDE DE L’ART EN FRANCE EST MORTE : JACQUELINE CHARDON LE JEUNE”

  1. joujouille.fr

    pourrais-t-on mettre :photo stéphane marie-texte carol houssais-
    merci à vous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :